Street art made in Glasgow…

Si vous vous êtes déjà laissé séduire par le charme singulier de l’Écosse, son généreux accueil, ses jolies côtes, ses whiskys tourbés, ses paysages lunaires bercés de mythes et légendes chers à la culture celte, avez-vous eu l’occasion de découvrir ses grandes villes ? On y est saisi par l’effervescence qui en émane, notamment à Glasgow, une capitale culturelle ultra-dynamique où tout semble possible… Fini les idées reçues concernant la soi-disant morosité de cette cité portuaire aux bâtiments noircis par les fumées industrielles. À l’instar du réalisateur Ken Loach, les habitants de Glasgow aiment leur ville. Fiers de ses icônes et de leur héritage ouvrier, ils leur rendent hommage à travers des fresques géantes hautes en couleur animant les murs des quartiers populaires. En voici quelques extraits :

Saint Mungo
Un portrait tendre de l’évêque Kentigern (le saint patron et fondateur de la ville), qui selon la légende, aurait ressuscité un rouge-gorge. Cet oiseau figure d’ailleurs sur les armoiries de la ville de Glasgow. Devenue culte, cette œuvre signée Smug (un artiste australien et glaswegien d’adoption) se situe sur High Street, à quelques pas de la cathédrale.

© blushrougette

« Honey I Shrank the Kids »
Une autre création de Smug interpelle dans Mitchell Street. Directement inspirée par le film « Chéri j’ai rétréci les gosses », elle séduit les amateurs de jeux de perspective qui s’amusent à se photographier entre les doigts de la jeune femme à la loupe.

© Graham Tiller

The Barras Pirate
Figure emblématique des Barras, un marché aux puces de Glasgow, cette irrésistible petite pirate illustre merveilleusement le talent de Rogue-One, un artiste local incontournable, auteur de nombreuses fresques de la ville.

© laurent jacquet

World’s Most Economical Taxi
Rogue-one nous livre ici sa vision onirique et drôle du taxi le plus économique au monde. Et croyez-le ou non, ce mur était à l’origine entièrement noir. L’artiste a peint les briques une à une pour composer sa toile de fond ! La scène se déroule dans une petite rue perpendiculaire à la gare.

© Renee MacKenzie

Wind Power
Situé tout près du musée d’Art Moderne, ce mur illustré par Rogue-One et Art Pistol célèbre la diversité de la production d’énergies renouvelables dans la région de Glasgow.

Glasgow’s Panda
Ce panda géant est soudainement apparu au pied du Lighthouse (un centre culturel consacré au design et à l’architecture). Il est l’œuvre de James Klinge, alias Klingatron, un autre célèbre artiste local ayant également peint un tigre sur les quais de la Clyde Rive et un crocodile près de la gare de Charing Cross. Ces spécimens ont migré dans les rues de la ville suite à la fermeture du zoo de Glasgow.

© Anna Nielsson

À retenir : Chaque année en principe, la ville accueille le Yardworks Festival réunissant 100 artistes internationaux qui s’expriment le temps d’un week-end sur 700 mètres de murs. C’est l’occasion pour les passants de les regarder peindre en live !

Publié par Chauveau Sylvie

Causons déco / chiffons & co

7 commentaires sur « Street art made in Glasgow… »

    1. C’est vrai, je viens de voir ça, Banksy y a d’ailleurs laissé quelques empreintes. Ce serait une bonne idée d’aller y faire un tour aussi, merci pour l’info ! En plus l’accueil est tout aussi chaleureux en Irlande qu’en Écosse 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :